Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

Communiqué

Des acteurs des sociétés civile et politique et du monde syndical ont tenu une rencontre le 22.03.2014, à Alger, pour examiner la situation de blocage qui prévaut dans le pays ainsi que les risques d’aggravation que peut engendrer l’échéance présidentielle, y compris après la tenue du scrutin.

A l’issue des débats, ils constatent avec satisfaction que la revendication de la transition démocratique est portée par de plus en plus d’acteurs, y compris même par ceux qui un instant avaient cru à l’élection présidentielle. Cette revendication tend aujourd’hui à devenir un point de ralliement des forces qui œuvrent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du système pour le changement démocratique.

L’escamotage des mécanismes démocratiques d’accès au pouvoir, le détournement du processus de légitimation, le verrouillage des champs médiatique et politique sont, entre autres, les méthodes employées dans le but de discréditer le politique et démobiliser la société. Il s’ensuit une crise de la représentation qui est une condition recherchée par le pouvoir pour perdurer.

Face au régime qui s’entête à dévoyer la demande populaire de changement afin de maintenir le statu quo, la nécessaire transition demeure l’ultime recours pour l’avènement d’une république démocratique et sociale et l’unique option pour réconcilier le peuple avec ses institutions et consolider structurellement la paix civile. En définitive, c’est consacrer la citoyenneté qui est une valeur consubstantielle à la République.

Toutefois, il y a lieu, malgré les impératifs d’urgence liés au besoin de disqualifier la présente élection présidentielle, de ne pas éluder les questions de fond. Ainsi le plus important pour l’heure n’est pas de définir les mécanismes et le mode de gestion de cette transition, mais d’arrêter les principes devant la fonder afin qu’elle aboutisse à terme à un consensus sur la vision de l’avenir de l’Algérie.

Les participants ont par ailleurs décidé de maintenir les contacts et d’œuvrer à l’élargissement de leur regroupement aux forces du changement démocratique et renouvellent leur disponibilité à s’associer en faveur de cet objectif décisif pour le destin du pays.

Ont participé à la rencontre :

  • L’initiative pour la refondation démocratique (IRD),
  • Le parti laïc et démocratique(PLD),
  • Des membres du Ccdr,
  • Le général Mohand Tahar Yala,
  • Des universitaires et des citoyens.

 

Commenter cet article