Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

http://www.oraninfo.com/IMG/arton109.jpg

 

Souvent nos contemporains s’en prennent à L’Emir Abdelkader, un peu comme s'il était justiciable devant l’État national algérien. Ce personnage de notre histoire, premier résistant à la colonisation Française de l’Algérie peut-il être tenu pour un « traitre » ? Un traître à quoi ? À un État-Nation qui n’était pas encore là, qui allait naître un siècle plus-tard ?

 

L’Émir a été à la tête de la première tentative de création d’un État national algérien. En cela il se différencie des autres révoltes conduites par les Bouamama, Mokrani ou autres Fadhma N’Soumer et Boubeghla. Il a échoué dans sa tentative. Son échec n’est pas simplement d’ordre militaire. C’est l’avortement du premier soubresaut de la naissance de la Nation moderne Algérienne. Certainement que les vieux clivages tribaux n’étaient pas encore suffisamment ébranlés, que les seuls éléments de superstructures mis en place par  Abdelkader ne pouvait suffire à fonder une Nation. Il était un précurseur, mais sa pensée et son action ne pouvaient être totalement affranchies du poids des structures socio-économiques en place dans l’ancienne province Ottomane. L’époque était bien celle de la naissance des Etat-Nationaux, mais pas encore de leur suprématie. Et s’il faut émettre un jugement sur l’homme et son œuvre c’est en rapport avec ce contexte qu’il faut le faire et non en versant dans un anachronisme inacceptable.

 

La nation algérienne naîtra près d’un siècle après la tentative de l’Émir d’édifier un Etat National. Le colonialisme aura fait son œuvre de déstructuration des ensembles traditionnels préexistants à la Nation. Et comme il ressort des résolutions du congrès de la soummam, l’irrésistible ascension de la nation algérienne  n’est ni un retour vers un ordre féodal révolu ni,  encore moins, une quête d’un ordre théocratique dépassé. La genèse de cette nation s’est opérée dans la déstructuration des vieilles structures féodales, dans les processus migratoires avec les inévitables brassages qui les ont accompagnés, dans la fournaise de la Première Guerre mondiale, et même de la seconde, avec une forme d’égalitarisme face à la mort. Ces brassages et cet éveil aux réalités d’un monde en bouleversement ont été fécondés parles idées révolutionnaires de l’Internationale communiste, et l’apport de la pensée humaniste française issue de 1789. Le mouvement national, dans la filiation la plus pertinente : ENA-PPA-MTLD-OS-CRUA-FLN, a constitué l’embryon de l’État algérien. Cet Etat-Nation émergera dans le feu de la Guerre de Libération Nationale.

 

Les révoltes du XIX siècles auront préparées la grande naissance nationale du XXe siècle. Dans la résistance à la colonisation, l’Émir par son génie, ses qualités d’homme d’État, de guerrier et surtout par son exceptionnelle curiosité du monde occupe une place singulièrement marquante dans notre histoire nationale, mais en rien il ne relève aucunement du jugement de l’Etat national moderne.

Commenter cet article

boudjamaa 07/05/2015 15:31

jaimre bein savoire pourquoi emire abd kader a choisie la serie pour ces derneir jours

ettayeb 06/06/2013 19:52

bonjour, très bonne analyse, je voudrais ajouter que la conscience nationale algérienne existait déjà en 1830, mais n'était pas suffisamment ancrée dans les échanges socio-politiques entre algériens, et que cette résistance à la fois immédiate, organisée, longue et acharnée, sur les 2/3 du territoire, en est la meilleure preuve, alors que certains criminels français actuels cherchent à justifier les horribles massacres commis alors en Algérie en prétendant "qu'il n'y avait qu'une population éparse plus ou moins sauvage qu'il fallait civiliser" : ceux qui pourfendent l'Emir se rangeraient-ils du coté de ces criminels? Par ailleurs, et puisque leur principal et peut-etre unique reproche à l'Emir est d'avoir mis fin à la guerre en déposant les armes, peuvent-ils donner un seul nom d'un quelconque autre personnage qui combattait en meme temps que l'Emir et indépendamment de lui, et qui voulait continuer le combat? Enfin et surtout, de nombreux historiens reconnaissent que dans toutes les régions qui ont participé à la guerre aux cotés de l'Emir, le tiers de la population a été massacrée, en ce sens que l'armée française voulait se servir de la résistance de l'Emir et des pertes sévères qu'elle lui infligeait malgré le rapport de forces inégal, pour procéder à un véritable génocide préalable à la colonisation : la poursuite des combats aurait sans doute mené à une catastrophe humanitaire irrémédiable . Au total, la guerre de l'Emir a été une guerre de résistance à l'occupation , il n'y avait ni tv, ni radio, ni ONU, ni supers-puissances pour la soutenir contre la France au contraire c'était la France la super-puissance de l'époque, l'armée française venait d'occuper toute l'Europe jusqu'à la Russie sous la conduite de Bonaparte, et cette armée nous, Algériens, l'avons tenue en échec durant 15 longues années sous la conduite de l'Emir, c'est notre fierté, je le considère comme le plus grand héros algérien de ces deux derniers siècles, merci

boudjamaa 07/05/2015 15:35

a ce que consene emir et massounia

ettayeb 06/06/2013 19:44

bonjour, très bonne analyse, je voudrais ajouter que la conscience nationale algérienne existait déjà en 1830, mais n'était pas suffisamment ancrée dans les échanges socio-politiques entre algériens, et que cette résistance à la fois immédiate, organisée, longue et acharnée, sur les 2/3 du territoire, en est la meilleure preuve, alors que certains criminels français actuels cherchent à justifier les horribles massacres commis alors en Algérie en prétendant "qu'il n'y avait qu'une population éparse plus ou moins sauvage qu'il fallait civiliser" : ceux qui pourfendent l'Emir se rangeraient-ils du coté de ces criminels? Par ailleurs, et puisque leur principal et peut-etre unique reproche à l'Emir est d'avoir mis fin à la guerre en déposant les armes, peuvent-ils donner un seul nom d'un quelconque autre personnage qui combattait en meme temps que l'Emir et indépendamment de lui, et qui voulait continuer le combat? Enfin et surtout, de nombreux historiens reconnaissent que rien que dans toutes les régions qui ont participé à la guerre aux cotés de l'Emir, le tiers de la population a été massacrée, en ce sens que l'armée française voulait se servir de la résistance de l'Emir et des pertes sévères qu'elle lui infligeait malgré le rapport de forces inégal, pour procéder à un véritable génocide préalable à la colonisation : la poursuite des combats aurait sans doute mené à une catastrophe humanitaire irrémédiable . Au total, la guerre de l'Emir a été une guerre de résistance à l'occupation , il n'y avait ni tv, ni radio, ni ONU, ni supers-puissances pour la soutenir contre la France au contraire c'était la France la super-puissance de l'époque, l'armée française venait d'occuper toute l'Europe jusqu'à la Russie sous la conduite de Bonaparte, et cette armée nous, Algériens, l'avons tenue en échec durant 15 longues années sous la conduite de l'Emir, c'est notre fierté, je le considère comme le plus grand héros algérien de ces deux derniers siècles, merci

Set 26/10/2012 13:36


Bonjour


Merci pour cette réponse concise à l'avalanche de propos outranciers vis à vis de l'un des plus grands hommes d'Algérie et que le monde entier admire. De "pseudo" scientifiques usent d'arguments
non fondés pour relever ce qui est négatif en oubliant tous les apports de cet être d'exception, éveilleur de consciences.