Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

PIERRE ET CLAUDINE CHAULET

 

 Ils avaient choisi l’Algérie avant 1954

 

http://www.algerie-livres.com/photos/auteurs/BelhocineMabrouk.jpg


A L’occasion des élections des 4 et 11 avril 1948 pour l’Assemblée algérienne, le gouverneur général Naegalen, plus connu pour ses fraudes électorales, avait entrepris une vaste répression. Des centaines de militants et cadres du PPA-MTLD furent arrêtés ; le parti indépendantiste était désarçonné. Que faire, comme disait Lénine.


Dirigeants de la section estudiantine du PPA et de l’Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord (AEMAN), nous avions, en mai 1948, initié la création d’un comité de lutte contre la répression. A la réunion tenue au foyer des étudiants musulmans, 1, place de la Lyre à Alger, furent conviées différentes organisations politiques et de la société civile anticolonialistes. C’est à cette occasion que je fis la connaissance de Pierre Chaulet, militant de la Jeunesse estudiantine chrétienne (JEC), et d’André Mandouze, professeur de lettres, ancien résistant à l’occupation allemande en France et ancien rédacteur en chef de Témoignage chrétien. Chaulet et Mandouze se voulaient progressistes et anticolonialistes.


A l’occasion de notre réunion, ils firent la connaissance de militants nationalistes comme Salah Louanchi, cadre des Scouts musulmans algériens, et commencèrent à travailler ensemble pour une Algérie libre et démocratique, avec la revue Conscience Algérienne, devenue Conscience Magrébine. Quand survint le 1er Novembre, Pierre et Claudine, son épouse, étaient prêts : ils s’engagèrent corps et âme dans la lutte pour la Libération nationale.

 

Le 6 octobre 2012

 Mabrouk Belhocine, vieux militant  

Commenter cet article