Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

La prestation Du Chef du MSP sur le plateau de Nessma Tv appelle quelques remarques.

 

Soltani, dans un élan de sincérité, feint à dessin, avoue l’influence des "coopérants" orientaux sur son engagement et ses orientations idéologiques. Dans le prolongement de cette pseudo-spontanéité, il avoue même que le choix « qui lui a été fait » pour l’orientation de ses études était tout tendu pour « contrer » et « contrebalancer » ce qu’il désigne comme les « francophiles ». « Des médecins, des ingénieurs, des techniciens, l’Algérie pouvait les importer, mais l’Algérie devait avoir ses propres arabisants » !!

 

Les « francophiles » dont il parle ne sont autres que les libérateurs du pays. Des cadres ou de simples militants issus du Mouvement National qui se sont retrouvés en charge de responsabilités. Cette haine à l’égard de ces patriotes, toute entière déversée à partir de l’orient arabe, au nom de l’arabisme et de l’islamisme, est arborée en trophée par le président du HMS. Elle serait d’une légitimité indiscutable face à ceux qu’il désigne, en irréductible détracteur qui feint l’ignorance de leurs parcours, par un terme tout aussi mensonger qu’impropre. En quoi la légitimité de ces patriotes qui se sont engagés dans « la lutte pour (…) un Etat Algérien sous la forme d’une république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une théocratie révolues.» pouvait-elle être mise en cause par Soltani ? Soltani qui à ce moment-là (et aujourd’hui encore) ne faisait que relayer la rancœur  de ses maîtres Egyptiens, eux-mêmes vecteur des manigances du MI5 et de la CIA. Ces aveux, en apparence anodins, procèdent de la banalisation, intelligente et savamment élaborée, des menées de l’internationale des frères-musulmans.

 

Il n’y avait absolument rien de naïf dans la prestation de ce monsieur. Ni sa façon de présenter le dernier discours de Bouteflika comme une commémoration de « youm El 3ilm » alors que cette manœuvre avait été déjouée en son temps. Ni ses dérobades à l’exigence de formulation d’une condamnation du terrorisme islamiste. Dérobades qu’il opère par le renvo dos à dos des bourreaux sanguinaires et leurs victimes, rebaptisés pour les besoins de la manœuvre « extrémistes laïcs » !! Ni le blanchiment et l’absolution du Fis par l’attribution de son discours de haine à des "prédicateurs périphériques" ;  alors que Ali Belhadj, ne ratait aucune occasion pour réaffirmer l’illicéité  de la Démocratie, et que Mohamed Said, au soir de la clôture de la compagne électorale, nous annonçait sur l’écran cathodique de l’unique, le nouveau code vestimentaire en même temps qu’un nouveau régime alimentaire. Ni, sa candide attribution d’une qualité de militaire à Ben Bella et à Bouteflika façon de lover leurs errances islamistes au cœur même de l’institution militaire !! D’ailleurs l’ANP est présentée comme une institution « ordinaire », sans devoirs particuliers envers la Nation et la République, qui n’interviendrait qu’incidemment et subsidiairement, lorsque les dérapages ne sont plus gérables par « les politiques ».

 

Contrairement aux supputations de ces derniers jours, HMS n’est pas prêt à mettre les deux pieds dans l’opposition. Soltani, le dit net et fort : son parti est contre le « le changement ». Au sein du pouvoir il y est et il y reste. Il faudrait juste un petit ravalement, un petit coup de peinture vert-de-gris qui serait selon lui la « concrétisation » de la dernière partie d’une phrase de la proclamation du 1er novembre 1954. Une phrase par laquelle le mouvement national Algérien semble, à lui et à ses maîtres, assimilable à l’arabo-islamisme, ou même à l’islamisme. Cette phrase est bien connue : « La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.». Ce qui est moins connue c’est la manière dont elle a été précisée en temps voulu, lisons:


« La Révolution Algérienne (…) une réalité vivante ayant triomphé du pari stupide du colonialisme français prétendant la détruite en quelques mois.(…) C’est une lutte nationale pour détruire le régime anarchique de la colonisation et non une guerre religieuse. C’est une marche en avant dans le sens historique de l’humanité et non un retour vers le féodalisme.

(…) C’est en fin la lutte pour la renaissance d’un Etat Algérien sous la forme d’une république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une théocratie révolues.

Combien apparaît dégradante la malhonnêteté des Bidault, Lacoste, Soustelle et du Cardinal Feltin lorsqu’ils tentent de tromper l’opinion publique française et étrangère en définissant la Résistance Algérienne comme un mouvement religieux fanatique au service du panislamisme.».

 

Tout est dit. Pour les références je déroge à la règle et laisse le soin au lecteur de chercher.

Commenter cet article