Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

 

http://us.123rf.com/400wm/400/400/penog123/penog1230912/penog123091200001/6008179-chapeau-vintage-journaliste-avec-une-carte-de-presse-sur-blanc.jpg

 

 

 

Si la "liberté de la presse" a correspondu à une libération du ton et de la "critique", il est une limite qui lui a été fixée depuis le début : une interdiction - non dite - de tout journalisme d'investigation. La presse, à son corps défendant, s'y est pliée. Nos étés ont bien été ponctués par des feuilletons qui tenaient lieux “d'enquêtes”, alors qu’il s’agissait de "révélations" qui participent des règlements de comptes entre clans du système. 

Il aura fallu du temps pour qu’arrive le moment où des plumes parmi nos journalistes transgressent cet interdit qui avilissait le journalisme et le discréditait aux yeux de l’opinion. Ces quelques plumes sont aujourd’hui aux avant postes de combat pour la promotion d’un véritable journalisme. Ce combat n’est pas corporatiste, il est encore moins un combat personnel. 

A l’image de tous ceux qui se battent pour les libertés syndicales, l’indépendance de la justice, la liberté d’entreprendre, ou de conscience,... ces pionniers du journalisme d’investigation contribuent à la résistance aux prétentions théocratiques de l’intégrisme islamique, et de la lutte pour arracher l'état algérien aux griffes de l’oligarchie bureaucratique qui se l’accapare. 

L’engagement des journalistes dans cette voie doit bénéficiera du soutien et de la solidarité de tous les algériens épris de liberté. Nous devons tous amplifier et élargir le mouvement de solidarité avec Zouheïr Aït Mouhoub, journaliste d’El Watan-Week-end. Il faut dénoncer avec la plus grande fermeté le harcèlement dont il fait l’objet, en violation des droits et libertés énoncés dans le constitution, et à contrario de la considération et du respect dont devrait jouir la presse et les journaliste. 

 

Commenter cet article