Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mohand

 

 

BerBerTv.png

 

Il serait hasardeux de répondre à la question de savoir si nous sommes devant des bavures à répétition, ou bien devant une dérive voulue par ces cercles occultes. Sauf à être devin ou bien d'avoir accès aux secrets des « dieux »; on ne peut apporter une réponse à ces interrogations. En tout état de cause, il ne faut aucunement minimiser ces bavures et les tenir pour des faits sans importance ? C’est bien là l’erreur à ne pas commettre.

 

Leur répétition crée une situation extrêmement dangereuse, préjudiciable pour le pays et la région.

 

En premier lieu, elle interpelle l'ensemble de la chaine de commandement de l'ANP, dont la responsabilité est en la matière pleinement engagée. Au plus fort de la pression terroriste dans la région, et avec un déploiement nettement plus important, L’ANP n'avait pas commis de tels dépassements. Faut-il mettre la multiplication de ces accidents sur le compte d’un relâchement dans la prise en main des troupes? Sur celui de la déperdition d’expérience[1] ? Ou bien faut-il, ce qui est encore moins souhaitable, envisager des interférences dans la chaine de commandement, à l’image de ce qui a été relevé par la commission Issad en 2001 ? En, tout état de cause, l’institution militaire se doit d’adopter des mesures à même de mettre un terme à ces bavures.

 

Il est probable que pour compenser la perte d’efficacité qui a résulté de la marginalisation des patriotes armés et la réduction de leur nombre, l’ANP a été conduite aux choix tactiques de recourir à des unités d'élite dont le haut niveau d’inhibition peut faciliter, au contact de la population, la survenue de telles bavures. L’efficacité et l’audace de ces unités d'élite sont des atouts dans un théâtre de guerre de haute intensité ;  mais incontestablement, ces qualités deviennent des points faibles dans la lutte contre une sédition où, pour vaincre, il faut s’assurer l’appui et la sympathie de la population. Ces troupes auraient été d’une grande utilité en Libye, si elles avaient été mobilisées, dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU. Elles auraient empêché que des arsenaux de missiles et  de roquettes, dont elles risquent demain d’être les premières victimes, ne soient subtilisés et accaparés par les réseaux du GICL ou du GSPC. Mais, en Kabylie, zone à très forte densité de population, ces unités d’élite ne sont pas à leur place. En Kabylie, l’efficacité de la lutte, contre la subversion islamiste, se joue au niveau du renseignement et de la maitrise du terrain et non de la puissance de frappe.

 

Alors qu’avant l’intronisation de Mr Bouteflika, le consensus dominant dans la région était favorable au développement de la lutte antiterroriste, aujourd’hui c’est l'image de « la cigarette allumée par les deux bouts » qui s’impose dans l’imaginaire populaire. Même s’il peut sembler à des courants politiques chauvins locaux qu’il y a là une possible mobilisation de ces évènements à l’appui de leurs thèses ; le terrorisme islamiste n’en demeure pas moins le premier et l’unique bénéficiaire de cette régression. Il accède au statut de belligérant dans un conflit où la population est cantonnée dans une position de neutralité.

 

Si personne ne peut s’ériger en tuteur des populations de la région, ni s’arroger le droit de s’exprimer en leur nom. Toujours est-il que le devoir de tous les patriotes et démocrates est, dans la plus grande vigilance, de travailler au renforcement et à l’émergence de cadres d’expressions autonomes capables de traduire l’État d’esprit des populations et de dégager des perspectives de mobilisation et de lutte à même d’isoler l’islamisme, et de contraindre le système à la démocratisation et à la modernisation de l’État algérien.



[1] http://www.elwatan.com/actualite/la-recrudescence-des-attentats-est-due-aux-evenements-qui-se-sont-succede-depuis-2006-04-09-2011-138481_109.php

Commenter cet article